5 conseils pour une transition végé réussie !

Cette nuit je réfléchissais à ce blog  pourquoi je le tenais et ce qu’il m’apportait.
Le meilleur souvenir que j’ai grâce à ce blog, c’est lorsque « A » m’a dit que j’avais eu un réel impact avec De Mal En Piges, qu’elle était devenue végétarienne et même presque végétalienne. Cet article, j’ai envie de le dédier à A. (qui j’espère se reconnaîtra si elle passe pas là !) puisque c’est elle qui me l’a inspiré !

Image trouvée sur le site de PETA

Image trouvée sur le site de PETA

Conseil n° 1 – Au début, improviser tu ne feras pas

Pas besoin non plus de passer un doctorat en nutrition, ce n’est pas très compliqué mais mieux vaut quand même se renseigner sérieusement sur les moyens d’avoir une alimentation équilibrée. Personnellement, en lisant la documentation des associations spécialisées sur internet je n’ai jamais eu de problème, mais j’en ai entendu plein des histoires de transitions ratées où la personne ne mangeait que des légumes ou des pâtes et avait des problèmes de santé… Non, enlever la viande d’un plat ne le rend pas végéta*ien, il faut quand même équilibrer un peu !

Et je vous remets aussi le lien de mon éco-défi sur le végétalisme avec Échos Verts, il y a des liens de sites et chaines Youtube qui pourraient vous inspirer, et même quelques recettes !

Food_Pyramid_Vegetarian_Food_Guide

Conseil n°2 – Ta motivation tu exploreras

Si être végé n’est pas difficile, la transition reste toujours un peu délicate, surtout quand on est seul-e. Les envies de « tricher » peuvent être fortes. Pour éviter d’y succomber, le plus simple est de savoir précisément pourquoi on s’est lancé là-dedans. Tu veux vivre sans faire souffrir d’animaux inutilement ? Dans ce cas, renseigne-toi à fond, lis des livres, regarde des documentaires et pourquoi pas, si tu t’en sens capable, vas voir de tes propres yeux ? Tes envies de produits animaux seront alors plus faciles à remettre en perspective et à dépasser 🙂
Tu veux réduire ton impact écologique ?  Pareil, renseigne-toi à fond sur l’impact de l’agro-alimentaire, de tes choix de consommation sur la planète. En étant bien informé-e tu sauras ce qui se cache derrière ton « craquage » et il pourra être plus facile à éviter !
Tu veux devenir végé pour ta santé ? Encore et toujours, même principe, lis tout ce que tu trouves, apprends tout ce que tu peux sur les effets des produits animaux sur ton corps. Tu auras moins envie après de faillir à ta résolution 🙂

lisa-simpson-vegetarian

Conseil n°3 – Avec bienveillance tes écarts tu traiteras

Tu as craqué quand même ? Ce n’est pas grave. Tu feras mieux la prochaine fois.
Il peut y avoir beaucoup de pression quand on entre dans la communauté végé.
Le « craquage » me semble être un gros tabou. Beaucoup de végés semblent parfaits quand on les écoute et il est facile de se sentir incapable… Mais je vous assure que des personnes qui n’ont jamais craqué, je n’en connais pas beaucoup. À mes débuts, j’ai souvent craqué et ça m’arrive encore de temps en temps, mais c’est devenu très rare. Parce que oui, au début c’est difficile, il faut trouver ses marques, trouver des recettes qui nous plaisent autant que celles d’avant, on peut être frustré-e parfois parce que ce qu’on mange ne nous convient pas. Mais ce n’est pas éternel et même pas très long ! Bientôt, tu auras tes marques et tes recettes fétiches, et les produits animaux te manqueront de moins en moins, voire plus du tout !
Personnellement je me rends compte au fur et à mesure que ce que j’aimais avant me dégoûte maintenant. Impossible de manger du foie gras, ou du steak saignant, rien que l’odeur me fait fuir… Ça devient tout de suite beaucoup moins dur de ne pas craquer !
Bien sûr, un peu moins de 2 ans après ma décision d’arrêter la viande et presque 1 an après ma volonté de tendre vers le végétalisme il y a encore des choses difficiles comme le fromage par exemple. Mais ça vient petit à petit. Évidemment, ne pas craquer est toujours mieux, que ce soit pour la planète, les animaux ou notre corps, mais personne n’est parfait, c’est normal de craquer parfois, et il ne faut pas s’en vouloir trop. Si ça t’arrives, pardonne-toi et fais mieux la prochaine fois !

Herbivore

Conseil n°4 – Un soutien tu trouveras

Transitionner tout seul est possible, et on a pas tous un ami végé à portée de main ! Mais c’est toujours plus facile et motivant à deux (ou plus) Si tu as la chance d’avoir un-e ami-e déjà végé ou tenté-e par l’expérience, profites-en ! C’est de la motivation quand on est perdu, du soutien face à l’adversité (parfois certains omnis sont lourds… On en parle juste après !), et deux fois plus d’expériences culinaires pour trouver ce qui te convient ! Si tu n’as personne autour de toi, ne sous-estime pas la puissance d’internet ! Sur la blogosphère tu pourras trouver plein de gens à qui parler, demander des conseils et des recettes ! Il y a aussi d’innombrables groupes Facebook et même quelques réseaux sociaux 100% végé (et même un site de rencontres… Sisi !)

carotte

Conseil n°5 – En douceur, parler aux omnis tu feras.

Dans une transition, ce qui peut être le plus difficile c’est l’incompréhension. En changeant ton alimentation, tu envoies bouler les idées bien ancrées de la société en matière de nourriture. Pour certains omnis ça peut être déstabilisant, soit parce qu’ils ne sont pas informés, soit parce qu’ils ne trouvent pas ça important, mais dans tous les cas, c’est aussi son idée du repas que tu balaies… Alors il y a l’inquiétude pour ta santé, l’incompréhension sur tes motivations, ou parfois l’agressivité de se sentir remis en cause… Et d’innombrables questions. Au début, je voulais expliquer à tout le monde. Mais en plus d’être fatiguant, je me suis vite rendue compte que la plupart de ceux qui posaient des questions n’écoutaient pas les réponses… Et j’ai soudain compris les végés qui avaient soigneusement évité de me répondre auparavant ! Alors, ne réponds aux questions que si la personne est réellement intéressée, ignore les provocations autant que tu peux (ou rigoles-en ! (personnellement ça me fait rire quand ça vient d’amis bienveillants et pas d’inconnus mais si toi tu ris, c’est tant mieux !!)) et pour parler de ton choix à tes proches, opte pour la manière douce, pourquoi pas ? J’ai eu du mal à le faire au début (parfois encore maintenant) parce que je voulais que tout le monde sache la réalité que j’avais découverte et qui me blessait. Maintenant je préfère éviter les conflits stériles et partager plutôt du positif avec mes proches à propos du véganisme ! Et ça implique d’aller à de bons restaurants, leur cuisiner de supers plats, et même cuisiner avec eux (notamment pour les fêtes 😀). A la place de conflit et d’incompréhension, c’est de l’amour et de la convivialité que j’essaie de partager. Et ça marche plutôt mieux 😉 En plus, ça a l’avantage de remettre ces valeurs de convivialité au cœur du repas, alors qu’il est parfois reproché aux végés de casser cette convivialité avec leurs plats différents qui les mettent à part de la tablée. Que du positif !

Voilà, j’espère que cet article t’auras aidé ne serait-ce qu’un peu si tu es un-e apprenti-e végé (et dans ce cas n’hésite surtout pas à me poser d’autres questions si tu en as :D)
J’espère qu’il t’auras plu quand même si tu n’es pas végé, ou bien végé de longue date ! Et n’hésite pas dans ce cas à ajouter tes propres conseils 😀

Eleama O.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s