Changer le monde en 5 étapes : Transmettre ses valeurs

Et nous voilà au dernier article de cette trilogie « Changer le Monde en 5 étapes» !

Si vous les avez raté, vous pouvez retrouver ici le premier et le deuxième articles sur ce thème !

Après s’être révolté, remis en question, après avoir cherché comment concilier son mode de vie et ses valeurs, il est peut-être temps de penser à transmettre ces valeurs qui nous sont chères. Qu’en pensez-vous ? 🙂
Mais si cette étape est cruciale, elle ne se fait pas n’importe comment !

gandhi_be_the_change

Étape n°5 : La Transmission

Lorsqu’on a des valeurs fortes, qui nous tiennent vraiment à cœur, quand on s’engage et que l’on se dévoue à une cause, il est normal d’avoir envie de convaincre les autres du bien-fondé de nos actions, de voir de nouvelles personnes se rallier à la cause que l’on défend pour faire avancer les choses vers le meilleur. Il y a de nombreuses façons d’aborder cette étape nécessaire qu’est celle de la transmission. Je vais essayer d’en détailler quelques unes, mais je ne peux pas vous garantir mon exhaustivité 😉

Méthode « Ouvre les yeux ! »

En premier lieu, il y a la méthode que j’appelle « L214 », c’est-à-dire celle qui suppose de confronter les gens, lors d’évènements et de manifestations, à la vérité, notamment à travers d’images et de slogans marquants. Cette méthode au sein d’une organisation structurée est importante puisqu’elle permet de toucher des gens qui n’auraient pas été s’informer d’eux-même, de provoquer un déclic, et de toucher un très grand nombre de personnes. Mais j’avoue que je suis tout de même un peu partagée. Je comprends tout à fait les avantages de cette méthode, j’en comprends les enjeux. Cependant, cette démarche militante peut être violente et braquer un grand nombre de personnes en même temps qu’elle peut convaincre. Je ne sais donc pas trop quoi penser.

Méthode « La meilleure défense c’est l’attaque »

Ensuite, il y a la technique de l’engagé solitaire un peu violent qui attaque les choix (ou en tout cas les modes de vie) de ses congénères, les dénigre et les condamne dans l’espoir de les faire réagir. En un sens, je comprends cette réaction, c’est souvent frustrant d’être face à des gens qui s’aveuglent obstinément. Mais non, vraiment NON. D’abord cette méthode ne marche pas, n’a jamais marché et ne marchera jamais (ou très rarement, je n’ai jamais eu d’échos de gens ayant eu un déclic après ça…) et en plus, les gens ne retiennent que ça et catégorisent ensuite tous les militants dans cette catégorie… Et ce n’est même plus la peine d’essayer d’avoir une conversation constructive après ça. Alors je comprends, mais c’est contre-productif alors on respire un grand coup, et on sourit.

Méthode « Viens me poser tes questions (promis, je ne mords pas) »

Enfin, il y a une troisième stratégie, celle qui me parle le plus. Pour celle-ci, il suffit d’être soi-même, de vivre sa vie comme on l’entend sans rien demander à personne, sans essayer de convaincre. En voyant faire différemment, il y aura forcément des gens qui, intrigués, viendront d’eux-même poser des questions. Et c’est là le moment d’entrer dans un explication calme et apaisée de ce que vous faites et pourquoi. Alors, vous convaincrez peut-être, ou du moins initierez sans doute une réflexion et hop, la transmission s’opère ! Ça demande de la patience et de la diplomatie mais je pense que c’est la plus efficace.
Et puis, il y a un exemple de transmission que je ne peux qu’évoquer, n’ayant absolument pas la légitimité de développer (mais si l’un-e d’entre vous a des choses à en dire, lâchez-vous!). C’est celle qui s’opère dans l’intimité du foyer, au travers de l’éducation que l’on donne à ses enfants ! N’est-ce pas le principe même de l’éducation que de transmettre des valeurs ?

Comme d’habitude, je vais essayer de rendre cela plus concret en vous partageant mon expérience. Du coup je vais surtout vous parler de la troisième méthode puisque c’est celle que j’essaie de mettre en place. Dans le cadre de mon végétarisme, j’essaie de ne pas trop en parler, sauf si on me questionne (mais j’ai encore des progrès à faire), à la fois pour éviter d’en braquer certains mais aussi pour m’éviter des conflits inutiles et désagréables. Comme ça, je suis sûre de n’en parler qu’avec des gens intéressés et d’entrer dans de vraies discussions parfois passionnantes et souvent enrichissantes. J’évite les trolls et je peux expliquer vraiment mes motivations et ce que je mets en place, en essayant toujours de rappeler que c’est mon point de vue, que je ne considère pas comme la Vérité universelle. En un an de végétarisme, une demi-douzaine de personnes autour de moi ont changé leur alimentation, soit pour devenir végétarien, soit simplement pour engager une réflexion sur ce qu’ils mangent. Je n’ai pas la prétention de dire que c’est grâce à moi, mais je pense pouvoir affirmer que j’ai au moins un peu participé et c’est agréable 🙂

Quant à Je Suis Indestructible, je suis encore un peu trop sanguine à ce sujet et je m’enflamme vite mais j’essaie d’être moins sur la défensive quand quelqu’un ou quelque chose me heurte. Mon engagement dans l’association a beaucoup soulevé de questionnements dans mon entourage et beaucoup de discussions ont suivi, que ce soit pendant des soirées entre amis ou lors d’événements dédiés. J’ai donc pu parler de mes découvertes avec nombre de mes amis, ce qui a souvent donné lieu à des changements de perception, et je pense que ça aide les choses à aller vers une conception plus saine et positive de la sexualité et du rapport à l’autre. Beaucoup de mes amis ne se rendaient pas compte de ce qui était inacceptable simplement parce qu’on ne leur avait jamais appris et j’espère que JSI a pu leur apprendre comme à moi à y voir plus clair.

ensemble

Finalement, je pense qu’il est préférable d’engager une transmission en douceur par le dialogue et l’échange plutôt que pas une confrontation plus violente. Cela dit, je comprends l’utilité de campagnes comme celles de L214 et des conversations avec d’autres personnes, notamment Jule, m’ont montré que pour certain-e-s, le choc était un élément déclencheur nécessaire. Je penche donc plus vers un mode de transmission positif et doux plutôt que culpabilisant, mais je sais que cela repose aussi sur ma sensibilité propre. A chacun de faire ses choix, cependant, je pense que le respect de l’autre et de ses choix doit rester omniprésent, quelque soit la méthode que l’on pense la plus adaptée.

Conclusion

Pour conclure cette série d’articles, il me semble qu’on peut tous changer le monde, car chaque action individuelle est importante et s’ajoute à celle des autres pour créer un effet décuplé ! Pas besoin de se torturer, changer le monde peut s’adapter à tous les modes de vie. Ça demande juste de sortir du confort de l’automatisme pour commencer à réfléchir plus, ce qui peut sembler d’abord inconfortable mais apporte au final une paix avec soi-même bien plus agréable que l’apparent confort de l’automatisme.
Je pense aussi que ce parcours doit rester très personnel, une réflexion sur soi-même en même temps que sur le monde qui nous entoure, une démarche singulière et intime. La transmission n’en est que l’étape finale, qui ne doit pas cependant nous arrêter de nous remettre en cause !
Alors lançons-nous, et changeons le monde, tous ensemble et à notre manière ! 🙂

Et vous, comment changez-vous le monde ?

Eleama O.

Publicités

6 réflexions sur “Changer le monde en 5 étapes : Transmettre ses valeurs

  1. Si cette trilogie « Changer le Monde en 5 étapes » était une dissertation, nous en serions donc à la synthèse :P.
    Après une thèse qui se allée dans ton sens (la révolte et la remise en question), tu aurais écrit une anti-thèse : peut-être sous la forme d’une remise en cause de ta propre remise en question ? Peut-être sur le changement que tu veux effectuer dans la société qui ne serait pas le bon ou tout simplement bon ? Peut-être sur les moyens que tu emplois ? Ou peut-être encore sur le fait que les convictions pour lesquelles tu te bats se seraient fait toi qu’un loisir au sens pascalien du terme. Bref, quelques questions seulement destinées à une réflexion (un détour nécessaire en philosophie même lorsqu’il s’agit d’arriver à la même réponse en conclusion).
    D’ailleurs ton désir de changer le monde n’a pas vraiment l’air néfaste, bien au contraire (même si comme tu peux le constater avec mes précédents commentaires, je ne suis pas toujours entièrement d’accord avec toi).
    Nous voici donc à la synthèse : « comment concilier son mode de vie et ses valeurs » 🙂 !

    Même si tu te dis indécise sur les actions de « L214 », j’ai pu remarquer un déséquilibre entre ce que tu dénonces et les options que tu proposes. En effet, les questions relatives à la viandes que tu poses sont des questions fermées : tu ne proposes qu’un choix (presque cornélien) entre le « vegeta*isme » et la consommation en masse d’une viande à la production aliénée.
    Prenons, par exemple (car c’est ton propre exemple), la vidéo développant le principe de la méthode « L214″ : encore une fois on ne voit que l’image des élevages intensifs. Toi-même, bien qu’indirectement, tu dénigres ces éleveurs qui s’élèvent en dépit de la pression imposée par l’élevage industrielle pour choisir de se tourner vers un élevage plus respectueux et de l’environnement, et des animaux :(. Tu vas en fait dans le sens des lobbys de la culture intensive en laissant complètement dans l’ombre ces éleveurs qui aiment leurs animaux mais qui savent aussi faire la part des choses en répondant à une demande naturelle de l’homme (ils préservent finalement la race au détriment de l' »individu »).

    J’ose te faire cette remarque car, selon tes propres mots, « [tu] ne mords pas » 🙂 ! La méthode « Viens me poser tes questions (promis, je ne mords pas) » m’a d’ailleurs bien fait rire 😀 ! Que de diplomatie ! Tu as raison Eleama O. : la communication, c’est en effet la clef -quand on arrive à communiquer (il est vrai que le blog permet d’éviter la confrontation avec les gens hostiles et de ne parler qu’à des convaincus) :P.

    • Un très long commentaire qui demande une réponse complète ! 🙂
      Tout d’abord j’aimerais revenir sur le fait que cette trilogie n’avait pas pour objectif de présenter un exposé objectif, et surtout pas du végétarisme mais plutôt de ma façon de voir les choses en fonction de ma sensibilité et de mon vécu, d’où les lacunes que tu pointes 🙂 J’aurais peut être du plus insister sur ce point là dans les intros de mes articles et si ça doit se reproduire j’y ferais plus attention !
      Les exemples qui suivent les parties plus « theoriques » sont partiels et partials puisqu’ils ne cherchent pas à montrer tous les choix possibles mais justement ceux que moi-même j’ai fait pour des raisons qui me sont propres, mes valeurs etc. Je suis évidemment pour une agriculture raisonnée même si personnellement je ne mangerais quand même pas de viande si toute celle qu’on me proposait venait de ce genre de fermes du fait de ma relation aux animaux non-humains.
      L’objectif de cet article était, non pas en promouvoir le végétarisme même si je le prends en exemple car c’est mon premier engagement, mais de répondre aux sceptiques qui me répètent souvent que ce que je fais est dérisoire et qu’on ne peut pas changer le monde 🙂
      Je comprends tes objections, et je suis persuadée que mon chemin de vie n’est pas celui qui convient à tous, et que chaque choix et engagement doit rester très personnel. Si pour toi, en fonction de tes valeurs, manger de la viande si elle vient de fermes raisonnées te convient, c’est très bien, si c’est encore autre chose, c’est toujours bien 🙂 À chacun de créer son chemin de vie et sa propre maniere de changer le monde 😛 Par contre, même si je comprends qu’on préfère ne rien faire, je trouve dommage de ne pas s’investir dans une cause qui nous tiens à coeur pour essayer de laisser le monde un peu meilleur qu’on l’a trouvé, que ce soit par le végétarisme ou absolument autre chose (je parle d’ailleurs d’une autre cause qui m’occupe dans mes exemples 🙂 )
      En tout cas, c’est effectivement la communication et le respect de l’autre qui doivent toujours primer et je suis donc contente que tu aies posté ce long commentaire en espérant ne pas avoir été à côté de la plaque dans ma réponse ! Heureuse aussi de t’avoir fait rire ! ^^
      (je voudrais quand même rajouter que la communication sur un blog n’est pas si idyllique que ça, les commentaires orduriers existent, et pas que par des trolls ! J’ai cependant la chance de n’en avoir reçu que peu ! :P)

      Bonne journée, et j’espère à bientôt ! 🙂

      Eleama O.

      • Oh la la ! Misère ! Mes yeux, durant ma relecture, ont oublié une phrase. Je me reprends donc (pour soulager ma conscience de ce poids) : « Ou peut-être encore sur le fait que les convictions pour lesquelles tu te bats ne sont pour toi qu’un loisir (au sens pascalien du terme) ».
        Merci pour ta réponse complète et à bientôt aussi, je pense.

  2. I like what you guys are up too. Such smart work and reporting! Keep up the superb works guys I have incorporated you guys to my blogroll. I think it will improve the value of my site dekbakbadkdk

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s