Bilan : Garde robe éco-éthique et minimaliste !

Je vous en avais parlé dans mon article sur mes objectifs pour 2015, je participe à tous les éco-défis d’Échos Verts de l’année ! Le mois de janvier étant écoulé, il est temps de revenir sur mes progrès et difficultés de ce premier défi de 2015.

défijanvier

Source : Échos Verts

J’avoue que je regrette un peu de n’avoir pas été aussi investie que je l’aurais souhaité faute de temps (et oui, la prépa me vole ma vie). Mais ça ne m’a pas empêché de mettre en place quelques nouveautés pour avancer sur le chemin d’une garde-robe éco-éthique et minimaliste !

Le Tri

J’ai un défaut : je ne sais pas faire le vide. Pour rien. Même pas les vieux tickets de cinéma d’il y a dix ans (j’exagère à peine!). Forcément, ça a longtemps freiné mes grands tris. Mais c’était le moment ou jamais d’essayer de dépasser ça et je pense avoir plutôt réussi, sauf quant aux pièces de mon dressing à forte valeur sentimentale (oui, je pense à toi, chère robe verte fluo à strass qui ne me va même pas et que je n’ai jamais mise). A part ces exceptions sentimentales, j’ai été sans pitié. Si à la dernière saison à laquelle le vêtement correspondait, je ne l’avais pas porté vraiment régulièrement : Dehors. J’ai par contre eu du mal à me débarrasser des vêtements un peu petits, mon poids a toujours fait le yo-yo et je les garde au cas où je maigrisse (ce qui n’arrivera pas, puisque le végétarisme m’a permis de stabiliser mon poids!)
Petit bémol : Ma mère n’aime pas trop que je donne des vêtements en bon état que personne ne met… Elle a parfois mis son veto ! Je comprends, on l’a acheté mais puisque personne ne le met…

Source : Échos Verts

Source : Échos Verts

Bilan : Beaucoup de tri déjà fait et je suis assez contente de moi mais d’autres tris devront suivre. Ma garde-robe est encore très remplie, loin d’être minimaliste mais elle s’allège du surplus inutile, doucement mais sûrement.

Que faire des vêtements exclus ?

Lors d’un premier tri en été 2014, j’avais convié mes amies à venir se servir dans les vêtements dont je voulais me débarrasser. Chacune prend ce qui lui plaît et me donne la somme qu’elle veut en retour. C’est gagnant-gagnant : Bon pour la planète, cool pour les copines et plutôt chouette pour moi qui gagne un peu de sous, sans me prendre la tête et en passant des moments sympas entres amies. Je n’ai pas eu le temps d’organiser ça pour le tri de janvier mais je garde cette idée en tête ! Les vêtements qui restent, je les donne à une association brestoise : Femmes Parapluies.

Bilan : Organiser un vide-placard avec ses amies et donner le reste à une asso, c’est la solution qui me convient le mieux. Surtout pas jeter, ou le gaspillage annule les effets positifs du tri ! Et pour ce qui est trop abîmé pour être donné, les réutiliser pour en faire des sacs à vrac ou des chiffons par exemple !

Se constituer une garde robe éco-éthique et minimaliste

J’ai choisi de ne pas me débarrasser des pièces que je mets encore mais qui ne sont ni écologiques, ni éthiques. Ça me paraît contre-productif de gaspiller des vêtements encore mettables pour en acheter d’autres, et en plus ça ne serait pas très minimaliste ! Après avoir fait ce choix, je me suis donc questionnée sur la manière de consommer appropriée et je crois que c’est la plus grosse difficulté que j’ai rencontré pendant ce défi.

L’éthique me fait pencher pour une garde-robe végane mais les alternatives aux tissus issus d’animaux à la fois écologiques et respectueux de la vie humaine sont rares, peu commercialisés et souvent chers comme le montre l’article d’Échos Verts… On peut par exemple privilégier le chanvre ou le lin mais ce n’est pas très diversifié. Ni les matières synthétiques ni le coton ne sont réellement écologiques par exemple ! Et ensuite, il faut aussi que les humains qui fabriquent mes vêtements aient des conditions de vie décentes ! Au revoir grandes enseignes de l’habillement… Tout concilier semble difficile, presque impossible. Je pense donc réfléchir à ma propre liste de critères classés par ordre d’importance à la manière de la méthode Wear No Evil que j’arrangerai à ma sauce comme l’a fait Échos Verts avec GREEM 21.

Bilan : La garde-robe parfaite me semble difficilement atteignable. Je vais donc réfléchir plus à ma manière de consommer tout en étant indulgente avec moi-même dans cette quête difficile 😛 Je vais partir à la recherche de marques qui me conviennent et faire disparaître les achats impulsifs.
Si vous avez des astuces/marques pour m’aider, ce serait vraiment utile 😉

Conclusion

Ce défi de janvier m’a fait réaliser qu’avoir une garde-robe éco-éthique et minimaliste était loin d’être aussi simple que je le pensais. Mais je sais maintenant comment m’améliorer et je vais donc ancrer ce défi dans le long terme, et ma quête de la garde-robe parfaite ne s’arrête pas avec le début de février !

Et vous, avez-vous participé au défi ? Comment vous en êtes-vous sortis ? Des astuces et découvertes à partager ?

Rendez-vous dans un mois pour le bilan du défi de février : Acheter Responsable 😉

Publicités

6 réflexions sur “Bilan : Garde robe éco-éthique et minimaliste !

  1. Je crois que finalement, tous les changements (même parfois les plus simples) ne sont pas faciles à mettre en place (ça doit réveiller des peurs en nous, en lien avec notre enfance et un sentiment d’insécurité).
    En tout cas, bravo pour ta démarche.
    Bise

    • Ca demande de se remettre en cause, ce qui n’est jamais facile ! Ca nous force à questionner nos manières de faire, qu’on a depuis des années… Mais c’est rafraichissant 🙂
      Merci ! 🙂

  2. Même si tu n’as pas eu beaucoup de temps, tu as déjà bien avancé, bravo!
    Il est en effet très difficile de concilier tous les critères quand tu achètes de nouveaux vêtements, au début il ne faut donc pas hésiter à suivre la méthode de Wear No Evil et de choisir des vêtements qui rassemblent un ou deux critères qui nous tiennent à coeur. Sinon, c’est source de frustration et contre-productif.
    Et tu as tout à fait raison, il ne faut pas jeter des vêtements que l’on porte pour racheter leur équivalent responsable, ça serait du gaspillage. Sauf dans certains cas précis, en rapport avec la santé.
    Bonne chance pour les prochains défis que je suivrais également!

    • Je suis en train de faire la liste des choses qui me manquent, tout en cherchant des marques qui me conviennent et continuant à désencombrer… Je peux le faire ! x)
      Bonne chance à toi aussi pour les défis 😉

  3. ca demande du temps, de l’implication, de la remise en question …
    j’ai été super motivée début février, j’ai trié toute ma garde robe. Qu’est ce que c’est bien, d’avoir peu de vetement, mais qui tous bien ensemble ! Pratique ^^
    Puis je me suis attaquée au tri des objets qui encombre mes placards … la motivation m’a déserté … mais promis, en mars je m’y remet !

    • Y a des hauts et des bas ! C’est normal je crois 🙂
      Comme toi, j’ai des poussées de motivation, et puis des phases plus calmes ^^
      C’est pas grave, on avance quand même 🙂

      (je viens de voir ton commentaire qui avait été classé comme spam par WP !! Ouf ! J’ai bien fait de vérifier !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s