Eleama O. et le féminisme !

Par Eleama O.

Jusqu’à récemment, je ne me disais pas féministe. En fait, j’étais même plutôt le genre de filles à râler après ces « hystériques » inutiles qui se battaient pour une cause disparue.
C’est vrai quoi, on a le droit de vote, le droit à la contraception, à l’IVG, on peut même travailler, c’est quoi le problème ?
Il y a quelques temps, j’aurais peut-être même pris part à la campagne récente « Women Against Feminism ».

936090_251925161683396_4191951246500482502_n

Oui, il y a quelques temps, j’aurais pu écrire ça. Depuis, j’ai changé d’avis. Radicalement.


Comment ? Pourquoi ?

J’admets qu’il y a eu un élément déclencheur. En avril dernier, j’ai commencé à m’investir dans le projet Je Suis Indestructible, créant une branche française. Ce projet a pour but de libérer la parole des survivant-e-s de violences sexuelles, et de les aider à reprendre le pouvoir sur leur vie et se reconstruire.
Souvent, le viol est considéré comme un enjeu féministe, du fait de la culture du viol, et même si Je Suis Indestructible fait une priorité de ne pas exclure les hommes, inévitablement, militer à ce sujet m’a fait entrer dans une sphère majoritairement féministe.

Ce que j’y ai découvert a réellement changé ma façon de voir les choses.

 Ma découverte majeure, c’est la (très) grande pluralité du féminisme. Oui, il y a les Femens, oui, il y a les hystériques anti-hommes. C’est VRAI. Il existe des féministes qui voient partout des complots masculinistes et ont la pulsion d’émasculation facile. Celles-là sont celles qui me faisaient pencher du côté « Women Against Feminism », celles-là, je ne les aime toujours pas. Mais elles ne sont pas si nombreuses qu’on veut bien nous le faire croire !
Évidemment, elles sont les plus virulentes, les plus à même de faire le buzz, donc les plus médiatisées.

Mais elles ne sont que la partie émergée de l’iceberg ! Et le féminisme est un (très) gros iceberg.
Il y a les féministes sociales, les radicales, les queers… (Cet échantillon non représentatif vous est offert par l’analyse approfondie des résultats du quizz Madmoizelle « Quelle féministe es-tu ? »)
Et tant d’autres ! Il y a presque autant de féminismes qu’il n’y a de féministes, c’est dire !

« Féminisme » est devenu un terme presque « fourre-tout » derrière lequel se regroupe une foule d’idées et de revendications toutes différentes, de la question du genre à celle du plafond de verre, du droit de ne pas s’épiler à celui de pouvoir avorter (oui, je suis encore traumatisée par la remise en cause par l’Espagne du droit à l’IVG…).

Être féministe, ça veut dire beaucoup de choses.

Même, ça ne veut pas nécessairement dire que tu es une femme. Les hommes féministes existent, ils ne sont pas nécessairement gays ou trans, et ont un pénis normal (les Femens ne leur ont pas coupés, trop cool!). Un féministe reste viril, et il peut être gentil. Promis.

Bref, être féministe c’est plein de choses et je ne comprend sincèrement pas comment, en s’étant renseignés sur le mouvement autrement qu’en regardant les Femens à la télé, on peut être contre. Mon opinion là-dessus est globalement résumé dans l’article de Madmoizelle « 15 mauvaises raisons de ne pas être féministe » donc je vous invite à le lire.
Tu es pour l’égalité des salaires entre hommes et femmes pour un même emploi ? Tu es féministe. Tu es contre l’excision qui se pratique encore dans de nombreux pays, privant de nombreuses femmes de pouvoir un jour ressentir du plaisir ? Féministe. Tu es pour la réhabilitation du plaisir féminin et tu refuses qu’une femme qui couche sans sentiments soit traitée de salope ? Encore féministe. Tu ne veux plus que dans un cas de viol, ce soit la victime qui soit culpabilisée parce qu’elle portait une jupe courte/avait bu, etc ? C’est toujours une cause féministe. Mais si tu ne veux plus des clichés genrés comme « les vrais hommes ne pleurent pas » ou « les filles sont trop sensibles », tu es aussi féministe ! Souvent, les questions de GPA, PMA, la défense des droits de minorités comme les homosexuels, la défense de la variété des relations amoureuses, la lutte contre les violences conjugales, toutes ces causes sont assimilées aux combats féministes.
Alors définitivement, non, le féminisme n’est pas ou plus une simple affaire de femmes.
Le féminisme moderne comme je le ressens, c’est une nouvelle vision de la société toute entière, qui transcende son projet initial et s’étend dans la volonté de transformer le monde pour le rendre plus beau.
Et puis, même en limitant le féminisme à la lutte contre le patriarcat, il ne devient pas une cause qui ne concerne que les femmes, au détriment des hommes. Le patriarcat fait souffrir les femmes mais aussi les hommes, par exemple en imposant des figures du genre réductrices et même destructrices comme « les hommes ne pleurent pas ». Et même au sein de la lutte contre la culture du viol, lutte féministe pas excellence, si les femmes sont concernées notamment à travers le concept de culture du viol qui crée un climat oppressant pour la femme qui se sent toujours menacée, c’est bien le patriarcat qui fait croire que l’homme est toujours d’accord, doit toujours avoir envie, et qu’il doit se montrer fort, autant d’éléments qui empêchent les survivants de parler, tout autant, voir plus que les survivantes.
Le féminisme, ce n’est pas une affaire de femmes, ni la volonté de domination féminine. C’est très loin de ça, plus complexe, plus complet.

D53EC8AD8E3E88BEF75A51B46ED85F_h316_w628_m5_clgLMlyFM


Finalement, oui, je me disais anti-féministe, oui, j’ai changé d’avis trèèèèès largement et pourtant, je ne me dis toujours pas féministe.

Pourquoi ?

Parce que ce terme renvoie pour trop de gens au seul combat des femmes, à la haine des hommes par des femmes castratrices et revanchardes.

Parce que je ne supporte pas que ce simple terme suffise à me faire catégoriser féminazi hystérique mal baisée sans même qu’on m’ait questionné sur mes opinions. Parce que je trouve triste l’incompréhension que subit le terme et que je sais que c’est utopique de croire que si on leur dit qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent, les gens iront se renseigner et découvriront que « féminisme », c’est très loin d’être du sexisme anti-hommes (même si certaines féministes que j’appelle personnellement des pseudo-féministes, le prennent comme tel).
L’anti-féminisme se déploie, non parce que les idées multiples du féminisme ne sont pas partagées (la preuve, je suis même d’accord avec certains panneaux des « Women Against Feminism » que je trouve clairement féministes…) mais parce qu’il est incompris.
Et moi, je veux partager mes idées, ne pas risquer de les voir rejetées en bloc juste à cause du terme féminisme.
Alors je ne me dis pas féministe, je me dis plein de choses, comme égalitariste, anti-sexiste, tout en sachant qu’aucun terme ne convient vraiment à la multiplicité des idées que je défends et qui sont toutes regroupées derrière le terme féminisme. Je cherche un nouveau terme qui conviendrait, en attendant j’utilise des substituts.
Mais je regrette de me sentir obligée d’abandonner le terme féminisme car son histoire est belle et forte. Alors en disant que je suis égalitariste, je pense très fort à toutes celles qui se sont battues pour moi, pour ma pilule, mon droit de vote, ma possibilité d’avorter, de choisir quand j’aurais un enfant, ou si je veux en avoir un, mon droit au travail, etc. Je pense à elles, je les remercie et j’espère qu’elles me pardonneront de laisser tomber le nom qu’elles s’étaient données, de plier sous le poids des imbéciles qui parlent sans connaître.
Mais je plie au nom du féminisme, pour continuer à le faire vivre et à répandre ses idées. Pour que le mouvement ne disparaisse pas sous la haine injustifiée des gens. Je ne me dis pas féministe pour pouvoir continuer à l’être, pour pouvoir continuer à être écoutée, respectée, entendue.
Je pense qu’il serait justifié de changer de nom au mouvement, pour se débarrasser des incompréhensions, pour retrouver la possibilité d’être entendu-e-s, pour représenter au mieux ce qu’est devenu le féminisme, c’est à dire une entité qui dépasse son projet initial sans jamais oublier nos racines.

Voilà, mon expérience du féminisme.

Et toi, féministe, comment tu vis ton engagement ?
Et toi, non féministe, tu penses quoi du mouvement ?
Et toi, anti-féministe, est-ce que je t’ai donné envie d’en découvrir plus ? Est-ce que tu me comprends ?

Racontez-moi.

Sinon je te conseille ça, pour rester dans le sujet :

– Va regarder le discours d’Emma Watson aux Nations Unies, si ce n’est déjà fait 😉

emma-watson-he-for-she-speech-2
« Pourquoi j’ai besoin du féminisme » sur Madmoizelle
« Le terme féminisme est-il désuet ? » encore sur Madmoizelle
« Le Syndrome de Cassandre » de Tim Timsia

Et sinon, en tapant « féminisme » dans Google, tu trouveras plein de trucs 😉

Publicités

6 réflexions sur “Eleama O. et le féminisme !

  1. Finalement, on a plus d’opinions en commun que ce que je pensais ! Très bel article, que j’approuve en majorité !
    J’ai du mal avec l’image de la féministe hystérique, et c’est vrai que vu de l’extérieur, c’est la caricature la plus représentée. Et c’est bien dommage.

    Big up pour le discours d’Emma Watson ! ❤

  2. Je découvre ton blog et forcément j’ai lu directement ce billet ! 🙂

    Je suis d’accord avec ce que tu dis, avec le seul bémol du rejet du mot « féminisme » pour des raisons que tu as d’ailleurs toi-même évoquées. Il y a le fait de ne pas nier l’histoire du mouvement, mais je rajouterai que l’intérêt du terme « féminisme » c’est de ne pas invisibiliser les fait que ce sont bien les femmes qui sont archi majoritairement et structurellement victime du sexisme. Quant à abandonner un nom juste pour ne pas froisser les « haters », je crois que ça équivaut encore au principe de renoncer, se faire petit-e, changer pour les autres… même s’ils ont tort. Et ça me dérange profondément, parce que c’est grave. Aux gens d’avoir l’honnêteté, l’ouverture d’esprit et la volonté de s’instruire un peu au bout d’un moment. Si on n’y est arrivées pourquoi pas les autres ?

    Après je comprends que « stratégiquement », il vaut parfois mieux ne pas se coller d’étiquettes et discuter d’abord du fond avant de prononcer des mots qui font peur. Et on est nombreux-ses à avoir/avoir eu une mauvaise image du féminisme à cause des Badinter et autres Femen qui vampirisent la cause, donc je comprends tout à fait ton sentiment par ailleurs.

    Je vais découvrir le reste de ton blog, à bientôt ! 🙂

    • La plupart des réactions à ce billet ont été globalement similaire à la tienne !
      Je comprends qu’on trouve critiquable mon choix d’éviter le terme de féminisme (tu le relèves d’ailleurs : je le dis moi-même dans l’article ^^) parce qu’il l’est effectivement !
      Après bien sur, en milieu « favorable » je n’hésite pas à employer le terme mais c’est vrai qu’éviter le terme qui fâche est bien confortable pour ne pas envenimer trop vite les discussions… C’est une solution de facilité, mais c’est celle qui me convient le mieux pour le moment. Cela dit, je rêve d’un monde où « féminisme » ne sera plus un gros mot 😉

      Merci de tes commentaires, tous intéressants !
      Ca me fait très plaisir 🙂
      Je découvre moi même ton blog petit à petit et il me plait bien 😀
      A bientôt !

  3. Musulmane et voilée depuis de nombreuses années, je ne me revendique pas féministe, tout simplement parce que je n’aime pas trop les étiquettes en « iste » (islamiste, intégriste, etc., la barbe avec ce suffixe !).
    Par contre, je suis une femme et j’ai à cœur de plaider pour les droits des femmes, pour leur liberté de pensée, leur éducation, leur autonomie. Je crois que dans des pays comme la France, on a bien progressé au niveau législatif et sociétal, mais il y a encore beaucoup à faire pour faire évoluer les modes de vie dans les foyers. Et oui, aussi bizarre que ça puisse paraître à certains, la musulmane que je suis est très virulente pour encourager les femmes autour d’elles à être autonomes et à se réaliser autrement que dans leurs casseroles !
    Merci pour cet article qui va au-delà des clichés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s