Chapitre III : Comment le végétarisme a changé mon rapport à la nourriture

Par Eleama O.vegan

Voilà bientôt 10 mois que j’ai décidé de me lancer dans le végétarisme. Je compte faire un bilan complet pour fêter la première année (dans quelques mois donc) mais en attendant, je voudrais vous parler d’un des changements majeurs dans ma vie depuis que je ne mange plus de viande (ni de poisson parce que les végétariens ne mangent PAS de poisson :P) :

Mon rapport à la nourriture !

Pendant une bonne partie de mon adolescence j’ai eu un rapport plus que difficile à l’alimentation. J’avais des « phases » où je ne mangeais presque plus, puis des phases où je me gavais à me rendre malade. A chaque difficulté je me réfugiais dans la nourriture, mon poids jouait au yo-yo et chaque repas me faisait culpabiliser, que ce soit de ne pas avoir mangé ou d’avoir trop mangé…
Quand j’ai commencé à vivre seule, j’avais déjà dépassé cette période, mais les repas n’étaient qu’un passage obligé pour donner à mon corps de quoi tenir le coup. Mes menus tournaient toujours sur les mêmes plats et j’achetais beaucoup de portions individuelles à réchauffer. Pas de plaisir de manger, encore moins qu’avant puisqu’en plus je n’avais plus personne pour partager ce moment.

Le végétarisme m’a sorti de cette endormissement réflexe quant à la nourriture. Au départ, je m’inquiétais beaucoup des carences, où trouver ma dose de protéines, que manger pour éviter les choses étranges et indéterminées au goût et à la consistance désagréable… (Oui, parce que les galettes vendues en supermarchés, souvent, c’est pas top!) J’ai commencé à faire attention au contenu de mon assiette de peur d’être malade ou affaiblie, je testais de nouveaux produits, et essayais de varier mes menus parce que, être végé pour la moi d’alors, c’était manger toujours la même chose, contrairement au régime omni teeeeellement plus varié ! (Si vous avez bien suivi, c’était juste de la bêtise et des idées reçues vaseuses : mes menus tournaient sur moins d’une dizaine de plats différents dont au moins 4 plats à réchauffer…) !!

Mes préjugés, aussi ridicules étaient-ils ont au moins eu l’intérêt de me faire sortir de la passivité et ont réveillé ma faculté d’étonnement et ma curiosité culinaire. J’ai du apprivoisé et apprendre à cuisiner pleiiin de nouveaux produits et ma quête de santé est devenue peu à peu une quête de goûts, de plaisir, et la cuisine, mon moment pour moi, mon activité détente.

ma-vie-de-veganMoi, maintenant, quand je fais à manger !

En plus, toutes ces nouveautés et découvertes m’ont donné envie de partager mes meilleures trouvailles, à ma famille par exemple : Et voilà comment transformer un repas de famille basique en moment de découverte à plusieurs, de partage et d’échanges enrichi ! Tous autour d’ingrédients inconnus, cuisinant un plat nouveau, ou bien tous attablés avec curiosité devant de nouvelles saveurs… Il y a aussi eu des ratés ! Mais quel plaisir de voir ses proches apprécier un plat que tu as fait de tes petites mains, pour leur faire plaisir et qui en plus, sort de leurs habitudes !
Mais aussi : Un amoureux curieux, de l’enthousiasme pour ce nouveau mode de vie, et voilà une activité de couple toute trouvée, intime, agréable pour le moral et le corps !
Et avec mes amies végés, soirées spéciales pour faire découvrir notre alimentation à notre groupe d’amies : De belles surprises et encooore de bons moments ! Tout ce bonheur en plus juste pour avoir changé ma façon de manger, je dis OUI !

Rapport conflictuel à la nourriture ou indifférence endormie… Tout ça c’est fini, maintenant je me fais à manger moi-même avec des produits frais, sans avoir augmenté mon budget. Je me détend, je prend soin de moi et je crée des moments précieux de partage avec les personnes que j’aime !

Évidemment, ce n’est pas le fait de ne plus manger de viande qui est nécessaire pour ce changement, juste une remise en cause, un réveil. Pour moi, le végétarisme a été un déclic, et je profite chaque jour des nombreux bienfaits qu’il m’apporte : Détente, meilleure santé, poids stabilisé, plaisir pendant les repas, beaux moments partagés avec ceux que j’aime ou moment juste pour moi. Ce n’est que du positif !
Je suis bien dans ma vie et bien dans mon assiette ! Et ce n’est pas négligeable 😉

Alors bonne soirée, et bon appétit 😛

Publicités

6 réflexions sur “Chapitre III : Comment le végétarisme a changé mon rapport à la nourriture

  1. Je découvre ton blog avec cet article fort sympathique. Je ne suis pas vege, pourtant j’y songe par moment, d’une parce que j’apprecie de moins en moins la viande depuis que nous sommes expatriés (trop cher, mauvaise qualité) et de deux parce que j’ai envie d’avoir une alimentation plus saine… malheureusement ici au Congo quand je regarde le rayon bio qui est 3 fois plus cher qu’en France c’est assez décourageant, avoir une alimentation « classique » revient moins cher qu’un régime alimentaire particulier. C’est un vrai dilemme, alors du coup je diminue les portions de viande, et j’achète beaucoup de fruits et légumes du marché (le top ici en Afrique), je fais mon yahourt et mon pain moi même, mais pour le reste j’ai vraiment cette sensation de bouffer de la « merde ». Bref, le végétarisme c’est pas encore pour demain à moins que je trouve une alternative peu coûteuse pour remplacer la viande…

  2. bonjour,
    je découvre ce blog qui est bien intéressant
    je ne mange pas de viande simplement car je n’aime pas ça, pas parce que je l’ai décidé.
    Ce n’est pas évident de trouve des protéines ailleurs , les carences se font ressentir;
    mERCI pour cet article intéressant

    • Merci du compliment 🙂
      Il y a plein de sources de protéines, notamment dans les légumineuses par exemple 🙂
      Lentilles vertes, noires, corail, pois chiches, haricots rouges, blancs… Tu peux aussi en trouver dans le soja, le boulgour, le quinoa, sans oublier les oeufs ou le fromage !
      Les carences ne sont pas une fatalité, et on peut y échapper même quand on ne mange pas de viande 🙂 J’espère que ces quelques idées te seront utiles !

  3. Je n’en suis pas encore à ce stade, disons que je mange de la viande 1 ou 2 fois par semaine. le reste du temps, c’est fruits, légumes, soja,vegi steak, legumineuse …
    Je pense qu’un jour, je parviendrai a ne plus acheter de viande, et de n’en consommer qu’en extérieur ( repas amis/famille, resto). Ce sera deja une grande avancée !

    En tout cas, tu as eu une belle évolution de ton rapport a la nourriture !

    • L’important, c’est de respecter son rythme 🙂 Ca ne sert à rien de se forcer, de se frustrer, mieux vaut changer durablement mais moins, en conservant un peu de viande, que de tout changer au détriment de ses besoins pour revenir en arrière 3 semaines plus tard ! 🙂
      C’est arrivé à une camarade de classe… Elle a voulu devenir végétalienne du jour au lendemain sans réfléchir et en faisant n’importe quoi, et ça l’a rendue en si mauvaise santé que 3 semaines plus tard, elle remangeait comme avant… (Bon après, des transitions réussies et « violentes » ça existe, y a qu’à voir Jule du Blog de Jule, elle a tout arrêté presque du jour au lendemain et ça s’est bien passé ^^). Tout ça pour dire : prends ton temps, c’est le meilleur choix que tu puisses faire 😀

      Et c’est vrai, je suis très contente des changements, et je partais de loin… Je suis assez fière 😀
      En plus, réduire la viande permet de découvrir de nouveaux aliments et de diversifier beaucoup son menu !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s