Découverte : le « Blackout Poetry » !

Par Eleama O.

Hello !

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler d’une de mes découvertes récentes… Le « Blackout Poetry » !

En voilà une page par celui qui a popularisé la pratique, Austin Kleon !

Le « Blackout Poetry » consiste à réutiliser une page (journaux, vieux livres, etc) et de réinventer de courts poèmes en sélectionnant des mots et noircissant le reste. Certains s’en servent pour exprimer ce qu’ils ressentent, ou bien des messages d’espoirs, d’autres pour créer des phrases amusantes, comme autant de messages cachés dans le texte !

Quand j’ai vu passer cette idée (sur l’Instagram de Jule en fait !), j’ai immédiatement été enthousiasmée… J’ai commencé à chercher une traduction française, jeter un œil à ce que les autres faisaient… Et j’ai découvert une foule de nouvelles possibilités de m’amuser avec les mots, mettre ma créativité à l’épreuve et me détendre.

On peut faire tout ce qu’on veut : certains déchirent les pages qui les intéressent, d’autres utilisent des journaux, ou noircissent des livres entiers ; certains préfèrent utiliser de la peinture, Austin Kleon préfère les marqueurs, et certains, comme moi, se servent de crayons de couleurs. Mais une chose est primordial : les mots à disposition ! Ils seront votre matériel créatif. J’ai fait l’erreur de prendre un vieux navet pour me lancer, n’osant pas toucher aux bons livres… Et je me retrouve avec quelques difficultés à trouver des mots intéressants ! Donc la prochaine fois, j’utilise une vieille édition de Jules Verne qui tombe en miettes 😉


Un petit tuto pour vous donner des idées 😉

Petit topo sur ce qui se fait avant de vous expliquer mon expérience personnelle de cette forme originale de « littérature » !

J’ai commencé par chercher une traduction existante à ce terme, et ça m’a mené à en apprendre plus sur la démarche ! En effet, en français, le seul « équivalent » existant que j’ai trouvé est intitulé « Destruction Créative ». En gros, l’objectif de la démarche est de faire disparaître l’œuvre originale derrière une couche de noir, de détruire la littérature dans une sorte démarche de démystification et de rébellion contre la littérature « élitiste » qui se veut « supérieure ». Le commun des mortels reprend le pouvoir sur le Livre, se réapproprie les mots pour former ses propres enchaînements.

Je comprends cette démarche mais elle ne me correspondait pas à 100%, je suis donc partie à la recherche d’un autre terme français qui pourrait décrire mieux mon état d’esprit quant à ce qui est devenu mon défouloir.
Finalement, je me suis décidée pour le terme…

Poésie Recyclée

D’abord, il parle à mon côté « Écolo » et à mon envie de réduire mes déchets. J’ai toujours écrit, et « gaspiller » des cahiers entiers avec mes gribouillis m’a toujours posé un cas de conscience. Alors utiliser mes vieux livres bons pour la poubelle pour jouer avec les mots, ça me plaisait, et c’est vrai que ça ressemble à une démarche de recyclage.
Et puis, surtout, il s’éloigne de la « violence » de la perspective de « Destruction Créative » et s’inscrit plutôt dans une réconciliation avec cette littérature que beaucoup trouvent pédante et élitiste. C’est une main tendue, une proposition d’amitié qui me ressemble. Je suis plus adepte de l’évolution pacifique que de la révolution (d’ailleurs, un article à ce sujet est en cours d’écriture !) et je suis une littéraire profondément amoureuse des livres et des mots, je ne veux pas entrer en guerre avec eux, même si parfois, ils m’agacent avec leurs grandes phrases et leurs airs supérieurs.
(J’ai l’air un peu niaise là, non ? Tant pis, je ne suis qu’amour <3)
Enfin, j’essaie d’ajouter une autre dimension avec cette Poésie Recyclée : au lieu de barbouiller de noir, je tente avec mes petites mains malhabiles de laisser le texte initial apparent mais de le faire passer au second plan, en dessinant par dessus aux crayons, et en mettant en relief les mots que je réutilise. Ce n’est donc plus de la destruction, mais un partenariat, un jeu avec l’œuvre originale. Et ça me correspond plus. Ça m’étonne d’ailleurs que si peu de gens aient eu l’idée de dessiner plutôt que de tout noircir. Il y en a quelques uns, mais peu et si j’aime l’esthétique du contraste blanc/noir, il est répétitif à la longue ! 🙂

Je vous ai parlé de ma vision du concept, mais je suis persuadée qu’il peut y avoir autant d’interprétations que de personnes qui « blackout poétisent ». Alors je vous invite à me donner votre avis, me parler de ce que vous faites vous, pourquoi pas partager vos œuvres ! 🙂
Et aussi, me parler de votre propre défouloir ? 🙂
Ça m’intéresse 😉

Bon week-end !

Publicités

Une réflexion sur “Découverte : le « Blackout Poetry » !

  1. Heureuse de t’avoir fait découvrir cet « art » du recyclage! 😉 Pour ma part, je vais bientôt devoir me trouver un autre livre, celui que j’utilise est presque entièrement noirci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s