Chapitre I : Comment j’ai décidé de réduire ma consommation de viande.

                                                        Image

 

J’aime me lancer des défis chaque année, et tous les ans, je cherche à en trouver un qui me permette de faire de l’année qui commence une année marquante dans ma vie. L’an dernier, je m’étais promis de tenir un WordPress pour me lancer sérieusement dans ce qui me plaît : Écrire des articles. Et je suis plutôt contente du résultat.

Pour 2014, je voulais une résolution qui me permette de me sentir utile dans ce monde et de faire une différence, même infime, d’amorcer le mouvement vers le monde dont je rêve. C’est dans cette optique que j’ai décidé de devenir végétarienne.

A vrai dire, cela faisait plusieurs années déjà que j’y réfléchissais. J’avais rencontré quelques « végés » et j’en avais discuté avec eux, j’admirais leur choix, mais je m’en sentais incapable : J’aime trop la viande ! Et cette année je me suis sentie prête.

Il y a des milliers de raisons qui poussent à devenir végétarien et chacun a les siennes. Personnellement, même si je suis touchée par les mauvais traitements que subissent les animaux aux abattoirs et que je voudrais qu’ils cessent, je suis capable de supporter qu’on tue un animal pour le manger. Même si c’est vrai que beaucoup de femmes deviennent « végés » dans l’espoir de maigrir, ce n’est pas ce qui me motive le plus. Même si de nombreuses études ont démontrées que manger « végé » est meilleur pour la santé, ce n’est pas ce qui m’a décidé. Non, moi ce qui m’a motivé à faire ce choix c’est le danger écologique que représente notre consommation actuelle de viande. D’ailleurs, une récente édition du 19h45 de M6 y a consacré quelques minutes, suite à une étude récente qui démontre qu’il faudrait diviser par quatre la consommation mondiale de viande pour écarter le danger écologique. Voilà, moi, ce qui m’a poussé a changé mes habitudes. Pour produire de la viande, on utilise non seulement des espaces agricoles pour élever et nourrir le bétail qui pourrait être utilisés pour nourrir les populations humaines qui meurent de faim, mais on utilise en plus énormément d’eau. Et la viande ne nous est pas nécessaire, même sans la remplacer totalement. En fait, la quantité de viande raisonnable à manger pour un individu, c’est deux fois par semaine. Personnellement, j’en mangeais tous les jours, voir quasiment à tous les repas.

                                    Image

Avant de me lancer dans la grande aventure, je me suis énormément renseignée : Comment démarrer ? Quelles sont les impacts sur la santé ? Quels sont les risques de carences et comment les éviter ? Je ne voulais pas qu’on puisse me reprocher mon manque de sérieux, ou de me lancer sur un coup de tête. Et ce que j’ai découvert m’a surpris. D’abord, il y a différents « types » de végéta*iens. Les plus courants sont les lacto-ovo-végétariens qui ne mangent plus de chair animale mais conservent les produits laitiers et les œufs, mais il y a aussi les lacto-végétariens qui conservent les produits laitiers mais suppriment les œufs et la chair animale, les ovo-végétariens qui conservent les œufs… Vous avez compris le principe. Et puis il y a les végétaliens, qui suppriment tous les produits « dérivés » comme le miel, le lait, les œufs… tout ce qui provient d’un animal. Et enfin, il y a les vegans que j’associais aux végétariens et qui sont en fait assez différents. Le principe du mouvement vegan c’est d’aller au bout de la réflexion et d’adapter à la vie courante ce qui chez les végétariens reste limité au régime alimentaire. En gros, plus de viande ni de dérivés mais plus non plus de fourrure ou de cuir, ni de cosmétiques testés sur les animaux, etc. C’est en quelque sorte « l’aboutissement suprême du végétarisme ». Avant, pour moi, il y avait les végétariens et les végétaliens, point. Cette diversité m’a étonné mais m’a plu, ça voulait dire qu’on avait plus d’options que je ne le pensais. Ma deuxième surprise a été de découvrir que les « carences » du végétarien relèvent du mythe ! En effet, à part la carence en B12, assez rare et qui concerne surtout les végétaliens, toutes les autres sont facilement évitables dans le cadre d’une alimentation équilibrée. Et cette fameuse carence en B12 ne me concerne que peu puisque la B12 est contenue dans les œufs et que mon choix de régime s’est porté vers l’ovo-végétarisme ! Youpi !

                           Image

 

Une fois écartée mes craintes quant aux carences, il m’en restait encore une dernière à régler avant de me lancer définitivement : Qu’est-ce qu’on mange ? En effet, l’idée de ne plus manger que des légumes et des œufs ne m’enthousiasmait pas particulièrement. Certes, j’aime les légumes mais il faut varier les plaisirs ! Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir manger, moi qui était déjà privée de produits laitiers (cf « Les produits laitiers (ne) sont (pas) nos amis pour la vie ! ») et qui voulait en plus supprimer la viande ? Et bien pour mon plus grand plaisir, aux légumes que je connais s’ajoutent des légumes plus rares et exotiques qui permettent de varier les saveurs mais aussi les légumineuses (lentilles vertes, lentilles corail, haricots rouges ou blancs, etc) que je ne mettais jusqu’alors jamais à mon menu et que j’ai hâte de découvrir ! Évidemment les féculents, pâtes, riz, pommes de terre… Et enfin, ce qui m’était absolument inconnu, les substituts pour les protéines que sont le tofu ou les steaks de soja par exemple. Il y en a à tous les gouts : Provencal, Tomate ou encore Shitaké (des champignons japonais que j’adooore)& Gingembre (ceux là sont les prochains que je teste :3) et j’ai même trouvé des raviolis au tofu en conditionnement pour une personne (super pratique moi qui vit seule et ne trouve que des portions pour deux!) et qui étaient très bons ! Autant de nouveautés qui vont égayer mes repas !

Motivée par toutes ces découvertes, j’ai refréné tout de même mes ardeurs et décidé d’y aller progressivement : Commencer par un jour de repas végétariens dans ma semaine, puis au bout de quelques temps passer à deux, puis trois, etc. En plus, j’ai vu un témoignage-vidéo qui parlait de la transition végé : le gars avait arrêté la viande d’un coup du jour au lendemain et avait été malade pendant quelques jours le temps que son organisme s’habitue. Bon, autant éviter ça, et puis y aller doucement me rendra le régime plus simple à tenir sur la durée. J’ai aussi pris une seconde décision : je ne m’en ferais pas une contrainte ! Je deviens végé par choix, pour suivre mes convictions mais j’aime la viande, si jamais j’ai une terrible envie de viande, je préférerai y céder plutôt que de me frustrer et me décourager du régime. Et puis, je ne serai pas pénible : si je vais manger chez quelqu’un et qu’il/elle me cuisine de la viande, je ne ferais pas un scandale, je mangerais sans imposer à tout le monde de façon sauvage mon nouveau régime. C’est mon choix, je n’ai pas à l’imposer aux autres, il ne concerne que moi.

Ainsi, une fois bien sûre de moi, je décidais de contrer la mauvaise réputation des végés, supposés être susceptibles, à la limite du sectaire et moralisateurs (oui oui, on m’a dit tout ça). Je n’expliquerai mon choix qu’à ceux que ça intéresse sans forcer les gens à m’écouter, je n’imposerai pas mon régime aux autres, je n’essayerai pas d’embrigader tout le monde, je tenterai de prendre les remarques avec le sourire… Bref, je vivrai mon choix par moi-même, sans chercher à faire entendre raison à tout le monde et sans me sentir supérieure aux « pauvres mortels ignorants de leur méprise ». D’ailleurs, à ceux qui me sont proches, ou moins proches, si je deviens pénible : Autorisation de me rembarrer et de me mettre des claques 😉

 

Et vous, votre bonne résolution 2014 ? Et d’ailleurs, que pensez-vous des bonnes résolutions ?

Bonne soirée et bonne année (au fait ^^) !

Publicités

5 réflexions sur “Chapitre I : Comment j’ai décidé de réduire ma consommation de viande.

  1. Hey! (une Végé Vénère sauvage apparaît)
    Bon tout d’abord, très bon texte et j’approuve ton initiative (le végétarisme est en train de prendre une importance de dingue ces temps-ci j’ai l’impression), et je me suis reconnue dans différents passages de ton article, hormis le fait que je suis passée végé du jour au lendemain (ça ne m’a posé aucun problème de santé personnellement) parce que j’avais eu ma prise de conscience de façon beaucoup trop brutale… hem bref osef.
    Je vais pas trop m’étaler avec mes convictions et mon discours moralisateur de bouffeuse de salade extrémiste (héhé) car de toute évidence je prêcherais une convaincue; mais tout ça pour dire… Bravo pour ton initiative, je te souhaite une bonne continuation! 🙂

    P.S: T’as presque le même prénom que moi. :’)

    • Ca fait plaisir un commentaire positif ! Ce meme article m’a valu des insultes d’un autre vege en colere que je n’arrete pas subitement parce que c’est « criminel de la meme facon, comme un violeur qui ne viole que quelques fois par an ! »
      Je te tiendrqis au courant des prochains articles sur le sujet, tu pourras me donner tes avis 🙂 En attendant, j’attends avec impatience tes dessins sur ta page facebook 😉

      Ah oui, c’est rigolo ca ^^

  2. Comme xVgVnrx, je suis passé de omnivore à végétalienne du jour au lendemain, et je n’ai pas été malade, j’ai juste tout de suite beaucoup mieux digéré. 😉

    Mais chacun y va a son rythme! Je t’encourages à tenir bon, depuis que j’ai fait le virage en septembre dernier, je ne vois que des résultats positifs. Par exemple, dès que j’ai arrêté de consommer des produits d’origine animale, mon eczéma s’est drôlement calmé (j’en fais seulement sur le pouce et le majeur de la main droite. Oui, je sais, c’est étrange).

    Tu peux faire un tour sur mon blogue pour t’inspirer, je ne fais rien de bien compliqué parce que je commence à peine à me débrouiller en cuisine. J’ai aussi plusieurs liens qui pourraient t’intéresser! 🙂

    • Ohlala, et moi qui avait peur d’être malade… Le monsieur qui racontait ça devait être un peu sensible 🙂 En tous les cas, ma transition végé se fait plus rapidement que ce que je pensais, je ne mange presque plus de viande chez moi, le plus compliqué reste de gérer les repas en Resto Universitaire ^^ Même mon père m’a accueilli avec un repas sans viande le week-end dernier, je n’en revenais pas !
      Merci de ton soutien, et de suivre mon blog, ça me fait super plaisir !! Je viens d’aller faire un tour sur le tien, les recettes me paraissent abordables pour mon niveau et mon budget d’étudiante alors je m’en inspirerais 😉
      Bonne soirée !

  3. « Un violeur qui ne viole que quelques fois par an »… hem…
    Bon, on a tous nos convictions, plus ou moins extrémistes hein. Au fond je n’approuve pas ce que cette personne a pu te dire, parce que j’estime qu’il faut encourager les personnes qui décident ne serait-ce que de diminuer leur consommation de viande, les soutenir. Et qui sait comment ça peut évoluer pour eux.

    Encore une fois bonne continuation. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s