Témoins de Jéhovah

Par OihanaSymphony

Cinq fois. C’est le nombre de fois que les témoins de Jéhovah viennent frapper à la porte de chez moi. A chaque fois, c’est le même rituel : une demande d’entretien avec notre famille, un refus de notre part, deux petits prospectus et un « au revoir » fort sympathique. On n’aime pas forcément ce genre de pratique, mais on fait avec. Par deux fois, ce sont mes parents qui ont ouvert. Les trois autres, c’était moi.

La première fois que je leur ai ouvert, j’étais passablement excédée, scandalisée même, que des personnes viennent sonner à ma porte pour promouvoir un groupe religieux. Selon moi, c’était du prosélytisme, c’était interdit par la loi et ça ne se faisait pas. Point barre. Néanmoins, une fois que je retrouve mes esprits, calmée, je décide d’ouvrir les deux revues qu’ils ont réussi à me refiler, avant de les jeter. Au moins, ça évitera un gâchis de papier. Dans l’une des deux revues, je lis noir sur blanc : « L’homosexualité nuit à la spiritualité. ». Ben voyons ! Ma mauvaise humeur est de retour et bien que certains des articles présents dans les prospectus semblent plus ou moins cohérents, intéressants ( des dossiers sur des faits de société notamment ), je jette ce papier immonde ! Ils devraient avoir honte !

La deuxième fois, dès que je les trouve sur le pas de ma porte, je fais la moue. Évidemment, ce que j’ai lu dans la revue qui m’a été distribuée la première fois reste en travers de la gorge de la fervente pourfendeuse de la cause homosexuelle que je suis. « Vous n’avez pas l’air heureuse de nous voir . » me fait remarquer un des deux bonshommes. Je marmonne quelque chose sans m’épancher. Ça ne vaut même pas une réponse, cette remarque débile !

Ces deux fois, désespérée, je publie un statut sur un fameux réseau social ( Facebook, quoi ) afin de faire partager à mes amis ce qui me torture. Je suis révoltée, scandalisée et je le fais savoir. D’ailleurs, mes amis prennent part au débat. Au second statut, Charlotte laisse un commentaire anodin. « La plupart de ces personnes font ça par crainte, ou cas plus rares, par haine, mais ce n’est alors pas de Dieu. La réponse la plus approprié est de les aimer. ». Ce commentaire m’ouvre les yeux. Après tout, peut-être que les personnes qui sont venues à moi n’étaient pas homophobes. Elles m’ont juste refilé une revue disant que l’homosexualité nuit à la spiritualité. Certes, les propos m’ont déplu et à l’heure où j’écris cet article, ils me scandalisent toujours. Mais quand même… Cette revue est éditée en de nombreux exemplaires et il ne s’agît que de l’opinion générale. Après tout, la Bible le dit bien, elle aussi, en parlant des Sodomites, que l’homosexualité, c’est mal. Mais certains chrétiens supportent l’homosexualité et plus encore, certains sont homosexuels. Et aussi… Peut-être que ces personnes se sont laissées endoctriner ? Les questions restent dans ma tête. Il faudrait que je creuse.

Et un jour, alors que je suis dans le train destination Belfort, j’occupe mon temps en lisant Be. Dans le sommaire du magazine, je lis « Un an après… avoir quitté les témoins de Jéhovah ». Vite, je me souviens de ce qui m’a tourmenté et je fonce à la page 110. Et là, je tombe sur un témoignage bouleversant d’une femme dont les parents ont rejoint ce groupe religieux à cause d’une aide financière qui leur avait été promise. La petite, elle, n’avait que trois ans a l’époque et a donc vécu avec ces doctrines la majeure partie de sa vie. Une vie relativement peu plaisante, à ce que j’ai lue, due à une application très stricte des doctrines : du porte-à-porte dès l’âge de 5 ans, une vie dédiée à cette religion… Dans son témoignage, elle décrit l’enfer. Et puis un jour, à 18 ans, elle trouve le courage de quitter les siens et de dire «  merde » à tout ça, à cause de l’amour de sa vie qu’elle ne peut pas épouser, à cause des doctrines. C’est trop pour elle. Aujourd’hui, elle dit que le plus dur est derrière elle et que cette enfance traumatisante lui a tout de même valu quelques années de psychanalyse et qu’aujourd’hui encore, elle a des réflexes typiques. Mais elle est plus déterminée que jamais et elle regarde devant elle.

J’ai été touchée par ce témoignage. Beaucoup plus touchée que par un banal article qui relaterait les faits sans aucune émotion, avec les mots d’un sociologue. Même en le relisant, je dois avouer que j’ai un peu froid dans le dos. Quoi qu’il en soit, je tente de rester neutre, je relis les revues, le témoignage et tout ce que je peux trouver sur le net, comme source objective. Après tout, les témoins de Jéhovah, on en dit beaucoup sur eux, mais est-ce qu’on en sait autant ? Telle est ma question.

J’apprends donc qu’il s’agît d’un mouvement pré-millénariste, restaurationniste, se réclamant du christianisme ( ils lisent la Bible ), se voulant politiquement neutre, issus d’un groupe créé en 1870 aux USA. Aujourd’hui, le groupe est présent dans le monde entier et revendique 7,78 millions de membres actifs et beaucoup plus de sympathisants. J’en apprend aussi un peu plus sur leurs doctrines, notamment le refus de transfusion sanguine, leur pratique du porte-à-porte ( obligatoire pour les fidèles ), leur isolement social… J’aimerais pouvoir tout relater ici, mais ce serait sans doute un peu trop.

Et évidemment, j’en apprend sur les accusations, notamment les accusations selon lesquelles il s’agirait d’une secte. La question est large.Le terme de secte est relativement large. Mais soyons honnête, le témoignage dans Be annonce la couleur : brimade des libertés de l’individu, manipulation… De plus, beaucoup de témoignages internes font état de dérives sectaires ( dixit l’article Wikipédia )

La question étant épineuse, je vous laisse décider par vous-même en vous renvoyant à l’article de Wikipedia sur les sectes et aux huit critères de dérive sectaire :

– la déstabilisation mentale

– le caractère exorbitant des exigences financières

– la rupture avec l’environnement d’origine

– l’existence d’atteintes à l’intégrité physique

– l’embrigadement des enfants, le discours antisocial, les troubles à l’ordre public

– l’importance des démêlés judiciaires

– l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels

– les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics

( J’attire votre attention sur le fait que ces critères ne font pas l’unanimité ).

Quoi qu’il en soit, la raison qui me pousse à écrire cet article est la troisième et dernière fois à ce jour que les témoins de Jéhovah sont venus sonner chez moi. La journée commençait plutôt bien et je dois dire que ma bonne humeur matinale n’est sans doute pas étrangère aux événements qui ont suivi le coup de sonnette.

Il s’agissait cette fois de deux femmes, l’une dans la quarantaine, l’autre dans la cinquantaine, vêtue de façon relativement normale, un sourire aux lèvres, sympathiques, et je dois le dire, l’air moins louche que les bonshommes des dernière fois. De bonne humeur, je prend leur papier, plus par politesse que par réel intérêt et alors que je les laisse partir, sans les laisser entrer chez moi, je finis par céder à ma curiosité. Je ferme la porte et me poste vers elles, au soleil. Nous commençons à discuter et je joue le jeu de la franchise : j’ai lu une de leurs revues et j’ai été sincèrement choquée par les propos tenus de l’homosexualité. « Je ne comprends pas, leur dis-je. Dieu ( ou Jéhovah comme ils l’appellent ) ne nous a-t-il pas tous créés ? N’a-t-il donc pas créé lui-même l’homosexualité ? Ne nous aime-t-il pas tous ? ». Nous commençons alors un débat, calme, serein, respectueux. Elles me donnent leur point de vue, Bible à l’appui. Cela m’intéresse. Non pas que je sois d’accord, mais cela a au moins le mérite de me permettre de cerner les choses de façon plus distincte. De plus, je peux désormais exprimer un désaccord total, en toute connaissance de cause. Il s’agît selon moi d’une interprétation particulière de la Bible, comme on aurait pu en faire d’autres.

Une fois de plus, j’ai tenu à partager mon expérience sur les réseaux sociaux, mon statut étant le suivant :

« Aujourd’hui, deux femmes à l’air fort sympathiques sonnent chez moi pour la troisième fois. Au bout d’un certain temps à recevoir des revues, on finit par en parler avec elles. Nous nous sommes finalement posées au soleil pour en parler, et bien que je ne sois TOUJOURS PAS d’accord avec leurs opinions sur l’homosexualité, leur accorder 30 minutes de ma vie fut enrichissant et j’ai pu comprendre leur point de vue en lisant la Bible avec elles.
Au final, quoi de mieux pour comprendre les gens que de se poser avec eux et de leur parler, même quand on n’est d’accord sur quasiment rien ? »

Le résultat : quelque chose de relativement inattendu : 82 commentaires, un débat entre cinq personnes en mon comptant. Total des points : 1 autre personne allant dans mon sens, 3 s’opposant à notre point de vue avec les arguments suivants : il s’agît d’une secte, la simple évocation du nom de Témoins de Jéhovah constituant une raison suffisante pour leur claquer la porte au nez et à les considérer comme cons. Soit. 82 commentaires de débat relativement houleux. J’ai tout de même tenu à expliquer mes propos et ma motivation : en aucun cas je ne cautionne certains propos tenus par des fidèles et en aucun cas je ne suis d’accord avec eux. Néanmoins, étant curieuse, j’ai souhaité m’entretenir avec des fidèles, ceci étant une opportunité de me faire une idée et cela ne m’engageant à rien. Ainsi, j’ai pu comprendre quelques principes de cette « religion », quelques arguments de leur part. En effet, n’aurais-je pas été stupide de les juger sans avoir leur point de vue, un point de vue qui n’en est pas moins humain, en face des reproches que je leur adressai ?

Selon mes amis, leur parler fut une perte de temps et tant mieux pour moi si j’en avais à gaspiller ce matin là. Ou encore : la simple évocation de leurs doctrine devrait suffire à les considérer comme des ennemis. C’est un point de vue qui se tient et qui, quoi qu’on en dise, se respecte. Les gens font bien ce qu’ils veulent.

Quoi qu’il en soit, bien qu’on accuse les Témoins de Jéhovah de tentatives de lobotomisation, je suis ravie de dire que je n’en suis pas victime. Je ne nie pas le fait qu’il y en a, sans aucun doute, eu un certain nombre. Cependant, il me semble que la « lobotomisation » opère sur des esprits faibles, comme tout lavage de cerveau.

Je le reconnais, je suis assez chanceuse de ne pas être « faible », d’avoir su mettre des limites au dialogue qui, sans doute ( je l’ignore en fait ) aurait pu tourner en une tentative de prosélytisme. Je peux concéder à mes amis qu’il est indéniable que ce mouvement a bel et bien des dérives sectaires. Et selon moi, il faut sans aucun doute prévenir ces dérives en informant les personnes et en condamnant les responsables de ces dérives sectaires. Mais faut-il vraiment cesser tout dialogue pour autant ? N’est-ce pas en discutant qu’on peut affirmer un désaccord et identifier les failles ? Est-il stupide de vouloir se faire une idée ? Des journalistes sont parvenus à interviewer Ben Laden, il y a quelques années, pour autant, ils n’ont jamais manifesté aucun soutien à ses actions, et quand bien même Ben Laden a eu l’occasion de parler, ses actions n’en restent pas moins condamnables, n’est-ce pas ? Il s’agît seulement d’un acte humain : donner l’occasion aux personnes de donner leur point de vue et de s’expliquer. Et je pense, très sincèrement, que si le dialogue ne résout pas tous les problèmes, il ne faut pas le négliger.

J’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à donner vos avis, commenter… En encouragez OihanaSymphony à refaire d’autres piges pour ce blog si ça vous avez aimé !!
Bonne journée, et n’oubliez pas que, parfois, dépasser ses différences, ça a des avantages aussi 😉

Publicités

2 réflexions sur “Témoins de Jéhovah

  1. Je crois que la seule tentation que j’aurais à discuter avec des Témoins de Jéhovah, ce serait celle d’essayer de leur faire « entendre raison » (oui c’est présomptueux de ma part en plus). Parce que vraiment je n’ai aucun doute sur le fait que ce soit une secte, donc un mouvement dangereux et le seul intérêt d’une interaction au final, ce serait d’essayer d’aider les personnes de cette secte à prendre conscience et à s’en sortir.

    En tout cas, bravo pour ta volonté de connaissances et de dialogue, sans jugement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s