Le scandale de la viande de cheval.

Tout d’abord, je m’excuse de cette période sans posts. Les aléas de la terminale, bac blanc, concours et autres révisions (et un peu peut être de procrastination…) m’ont tenu loin du clavier.

Dans cet article, je voudrais revenir sur le scandale de la viande de cheval qui agite les médias depuis maintenant près de deux mois. En effet, depuis la première découverte de viande de cheval dans les lasagnes prétendument 100% bœuf Findus, l’affaire va de rebondissements en rebondissements, ne cessant de s’élargir à d’autres marques, d’autres viandes, etc.


Malgré le fait que ce scandale alimentaire ne soit pas un scandale sanitaire, comme par exemple celui de la vache folle, et ne mette donc pas en danger la santé des consommateurs (manger du cheval à la place du bœuf, nutritivement ça n’a pas une impact décisive…Et les petits africains, ils préfèreraient manger du cheval à la place du bœuf plutôt que rien du tout !), on assiste à un recul net d’achats de plats au bœuf. Mais si ce n’est pas une raison sanitaire qui motive ce recul, à quoi est-ce dû ? Et bien c’est (plus que très probablement) la marque d’une totale perte de confiance dans le producteur. En effet, comment maintenir la confiance lorsqu’on ne sait finalement même pas ce qu’on met dans nos assiettes ?
La deuxième question est : Comment cette pratique (pourtant interdite, puisqu’il y a évidemment des réglementations) a-t-elle pu prendre une telle ampleur ? Je citerais deux raisons principales. Tout d’abord, la volonté de la compétitivité et du profit à tout prix, quitte à mélanger une viande moins chère à la viande indiquée sur le produit afin de réduire les coûts de production et le répercuter sur les prix (ou garder tout pour sa pomme, au choix). Ce scandale met donc en lumière les dérives de l’agriculture capitaliste, industrialisée et transformée, elle aussi, en machine à profit.
Mais cela renvoie aussi à un problème de transparence de l’information. En effet, pour pouvoir mettre en œuvre une telle affaire sans être inquiété, c’est bien qu’il y a un problème quelque part (ou alors toutes les composantes du système agro-alimentaire sont impliquées et c’est encore pire que tout ce qu’on pourrait penser. Mais soyons optimistes…). La multiplication de la sous-traitance qui divise la production dans plusieurs pays en multipliant ainsi les frontières à traverser, les risques d’erreurs, de « magouilles » et de contrôles insuffisants, mais aussi les réglementations insuffisantes ou inefficaces puisque toutes les règles fixées dans l’alimentaire ne sont pas européennes et donc communes. Voilà ce qui opacifie les informations, que ce soit à l’échelle de la production, entre les différentes entreprises, mais aussi et certainement encore plus au niveau du consommateur.
Face à de telles arnaques, comment ne plus se poser la question à chaque passage au supermarché : Qu’est ce que je suis en train d’acheter ? Et les réglementations françaises, les contrôles qualités et provenance ne suffisent plus à rassurer.
Il ne serait pas étonnant que dans les conséquences du scandale « Findus » figurent une remontée de l’euroscepticisme (on a déjà pas besoin de ça…) et un retournement de la consommation en faveur du bio et du local (ce qui est bien dans un sens : santé, petits producteurs, tout ça… et mauvais dans un autre : commerce international, mondialisation, UE, etc…).
Pour finir, la question qui me tourmente est : Etait-il réellement nécessaire d’enlever touuuus ces produits de la vente pour les jeter ? Il est clair qu’avec les réglementations en vigueur on ne pouvait pas les vendre mais avec le problème de la faim dans le monde (de plus en plus proche de nous) et de la misère qui se répand dans nos villes occidentales (puisqu’on bat les records de SDF cet hiver…), est-ce qu’on n’aurait pas pu être intelligent et redistribuer aux gens qui en ont besoin et se fichent de manger du bœuf ou du cheval, tant qu’ils mangent ?

Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine !
Et posez vous la question la prochaine fois pendant vos courses : Qu’est ce que je mange réellement ? Vous verrez, c’est drôle comme on peut devenir parano quand on commence à réfléchir sous cet angle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s